Les livres d'artiste de [DBL-J]

  • Imprimer

Fandol Jeune femme5

 

La médiathèque présente en cette fin d'année une sélection de livres d'artistes issus de sa collection patrimoniale contemporaine, réalisés par Double Je. Ces ouvrages, fruit de l'association de deux artistes et auteurs corréziens, sont à découvrir dans les vitrines du petit hall et au 1er étage du secteur adulte de la médiathèque. L’originalité de [DBL-J] (Double Je), né à l’automne 1994, est de montrer le travail croisé d’un écrivain, Léonore Fandol, et d’un peintre, Ph (Philippe Querel), unissant ainsi l’art littéraire à l’art plastique.


Issues des textes de l’auteur, interprétés alors en tant que matière, les créations de Double Je, réalisées en connivence par les deux artistes, trouvent leur expression dans des domaines différents. Œuvres plastiques, livres d’artiste et mises en voix, témoignent d’une volonté d’expérimentation où matériaux plastiques ou sonores, détournés de leurs fonctions premières, et techniques traditionnelles ou innovantes agissent en tant que réponses au texte toujours présent, qu’il soit nouvelle ou poésie. Par une recherche qui tend à s’éloigner des limites établies en pénétrant les marges, en fouillant les ombres, Double Je est un lieu d’échange, suscitant un dialogue immédiat avec tous les publics.

 
Double jeLe nom de “Double Je” a été initié à l’automne 1994, et c’est sous cette appellation, à la Biennale du livre d’artiste 1995, que Léonore Fandol et pH ont fait leur première apparition dans le cercle fermé du livre d’artiste. Pris en compte aussitôt par l’originalité de leur propos – les textes de Léonore, poésies engagées, politiques, ou nouvelles, font les livres, leurs formes et, plus tard, les objets uniques, chacun imaginé et réalisé ensemble –, leurs créations font l’objet de premières acquisitions dans les bibliothèques régionales (Tulle, Brive, Limoges) et génèrent dès 1996 leur première exposition “L’éther” (Tulle, puis Limoges, Quimper). Présent sur de nombreux salons et biennales, ou en galeries, depuis plus de vingt ans, de “Livres à voir” (Arras) à “Hep ! Garçon un livre” à Toulouse, en passant par Paris (Beaubourg, salon Pages, salon du livre, galerie Keller), “Double Je” se montre aussi en Irlande, en Belgique, à Barcelone… leur production est acquise depuis plus de vingt ans par une trentaine de médiathèques. Sollicité alors par certaines, le collectif d’artistes produit différentes expositions personnelles élaborées à partir d’une thématique proposée (Déraisons d’être, Brive, 2000 ; Instantanés d’une conscience humaine, Tulle, 2002 ; …) ou présentant l’ensemble de leurs créations (Paroles d’objets, Romilly, 2011 ; Le livre s’expose, Colomiers, 2014 ; …) ; le collectif anime également des ateliers d’écriture ou de création de livres d’artiste en bibliothèques, en milieu scolaire ou auprès de CFA.

Devenu au fil du temps [[ dbl-j ]], le tandem participe à plusieurs expériences artistiques (le plasticien et le livre, 2015 ; le XXIe siècle sur le bateau ivre, 2014 ; le livre et son objet, 2011), produit différents visuels de communication (foire du livre 2003 et 2004) et une rétrospective de leur travail – livres d’artiste et livres objets, mais aussi œuvres plastiques, vidéos – avec leurs toutes dernières créations, dont une installation, est présentée à Tulle pendant l’été 2014. C’est à l’occasion des vernissages de leurs expositions que [[ dbl-j ]] propose une autre approche des textes par des mises en voix élaborées et produites de concert par les deux artistes.

Double je atelierLe texte, poésie ou nouvelle, est source ; mais si Léonore est l’auteur, c’est en connivence, en osmose, que se crée l’œuvre, que se manifeste le double JE. Il s’agit alors de penser, de trouver la forme, le ou les matériaux qui participeront de l’écrit, de les transformer, de les détourner de leurs fonctions premières afin qu’ils agissent en tant que réponse au texte toujours présent, d’utiliser toute expression nécessaire (collages, scotchages, photographies, dessins…). Se servant à dessein de la souplesse de l’impression numérique, mais maîtrisant les techniques d’impression traditionnelle par leur expérience réciproque, [[ dbl-j ]] s’est détourné de celles-ci en devenant un lieu d’expérimentation, à travers les objets, les formes, les matières collectées ici et là sans préméditation pour les re-trouver, les utiliser en miroir, en prolongement des mots ; pierre, métal, bois, verre, tissus, goudron… au même titre que le papier, au même titre que l’écrit, alors matière à part entière.

Si livres d’artiste (réalisés pour la plupart à moins de 10 exemplaires, chacun unique par une ou des interventions spécifiques) et livres objets (parfois réalisés à trois exemplaires, uniques également en tant que tel) constituent l’essentiel de leur production, ces dernières années ont vu la naissance d’installations (La jeune femme, L’éther) et ont ouvert la voie à la notion de livres-sculptures.

Utilisant aussi bien les hasards proposés par le bric-à-brac de l’atelier, que poursuivant telle idée informelle jusqu’à sa réalisation pressentie, il s’agit d’un travail croisé, unissant l’art littéraire à l’art plastique. Pas de règles, pas de définitions.


Pour découvrir leurs oeuvres, consultez la sélection des livres d'artistes de [DBL-J] conservés dans les collections de la médiathèque et consultez le catalogue des livres d'artiste réalisés par [DBL-J]

 

double je 4double je 2

 double je 3

 

 

 

L’originalité de [DBL-J] (Double Je)

Evènements à venir