William Merwin Paris 2003William S. Merwin est l'un des plus grands poètes de notre temps. En compagnie de son ami l'essayiste et traducteur Michael Taylor, des éditions Fanlac qui ont édité son oeuvre en français depuis Périgueux, et avec la complicité de l'acteur Robert Birou, la médiathèque propose de redécouvrir cet auteur essentiel de la littérature poétique américaine, à l'occasion de l'édition 2017 du Printemps des poètes.




Une programmation proposée en partenariat avec les Editions Fanlac (Périgueux) et la librairie La Baignoire d’Archimède, dans le cadre du Printemps des poètes 2017.Logo La Baignoire dArchimede

LOGO Web






 

Merwin Poet Laureate 2010Merwin Poet Laureate, 2010
William Stanley Merwin
, né à New York en 1927, est l'un des chefs de file du renouveau de la poésie américaine. Traducteur (Neruda, Follain, Dante, Mandelstam), il est l’auteur d’une oeuvre d’exception, récits, essais et poésie.
Il a séjourné de nombreuses années en France dans le causse du Quercy, ce qui a constitué une inspiration majeure pour son oeuvre, pendant des mois, des années parfois, il a arpenté ce lieu et a appris à connaître ses habitants et ses traditions.
Il a reçu deux fois le Prix Pulitzer de poésie, en 1971 et en 2009 pour The Shadow of Sirius. En 2010 il est
nommé « Poet Laureate » aux États Unis par la Bibliothèque du Congrès.

« Je pense que le propos de la poésie c’est ce qui ne peut pas être dit. Et je pense que la langue vient de ce qui n’a pas pu être dit. De ce désir effréné d’articuler quelque chose, d’exprimer quelque chose d’inexprimable. Sans doute un sentiment de perte. Ou peut-être autre chose. Vous regardez une photo muette d’une femme iraquienne dont le mari ou le fils ou le frère vient d’être tué dans une explosion. Et vous savez que si vous pouviez l’entendre, vous entendriez une longue syllabe de douleur… Un son inexprimable. Antisocial. Destructeur. Douloureux au-delà de toute expression. Les consonnes sont là pour tenter de l’endiguer, de le contrôler, de le transformer en quelque chose. Et c’est ainsi, il me semble, que le langage est né. »
(William S. Merwin, entretien avec Bill Moyers, Radio PBS, juin 2009).


lappel du causse 2

L’appel du Causse
William Stanley Merwin
Michael Taylor
Traduit de l'américain par Alain Gnaedig, Luc de Goustine
Editions Fanlac, 2013

Lors d'une visite en France dans les années 1950, le poète américain William S. Merwin découvre le causse du Haut Quercy. Envoûté par les paysages, la lumière et par la profonde courtoisie des habitants de ce plateau aride où la vie lui paraît avoir peu changé depuis l'époque des troubadours, il trouve une maison et y fait de nombreux séjours au cours d'une carrière longue et reconnue. Son « amour du causse », qu'il évoque dans un texte écrit pour la présente édition, a inspiré quelques-unes de ses plus belles proses et poésies, notamment le magnifique cycle La Renarde, paru dans une édition bilingue en 2004.

L'appel du Causse regroupe les principaux écrits de Merwin sur ce qu'il appelle « l'autre pôle de ma vie ». On y retrouve le causse tel qu'il l'a connu dans sa jeunesse – quand il y passait des journées entières à le parcourir à pied, seul avec son âne – et tel qu'il s'est transformé lentement et inexorablement sous la pression du monde moderne.
Dans une lumineuse présentation, l'écrivain américain Michael Taylor, amoureux des mêmes paysages, retrace la vie du poète sur le causse et apporte des clefs pour comprendre l'exceptionnelle symbiose entre un poète grandi dans un milieu urbain outre-Atlantique et un terroir pierreux longtemps déconsidéré par les Français eux-mêmes.

 

Mickael taylor
Michael Taylor
est un poète, essayiste et traducteur de nationalité américaine, installé en Dordogne depuis 1998.

Il rencontre le poète américain William S. Merwin en 2006 lors d’un des séjours en France de ce dernier, et se lie d’amitié avec lui. L’appel du Causse (Éditions Fanlac, 2013), un choix de textes de Merwin inspirés par les paysages et les habitants du Haut-Quercy, est précédé d’un essai de Michael Taylor.
Il est par ailleurs traducteur et cotraducteur de nombreux livres d'art, notamment du Matisse de Pierre Schneider, et l'auteur d'une biographie de Victor Segalen et de deux essais sur la peinture hollandaise du XVIIe siècle, Le nez de Rembrandt (2006) et Le mensonge de Vermeer (2011).

 

Retrouvez une sélection des ouvrages de William Merwin disponibles à la médiathèque.

 

 

Evènements à venir