The Human Beast – Volume one

  • Imprimer

human

Pour un album unique (dans tous les sens du terme) autant écrire une bio spéciale, commençons donc par la fin et remontons le cours de l’histoire.

Gillies Buchan, chanteur et guitariste génial, expert en feedback, travaillera dans l’industrie pétrochimique.
Edward Jones, chanteur et bassiste à la coupe afro sera journaliste au Melody Marker avant de se lancer dans la publicité. 
John Ramsey, batteur au jeu à la fois jazzy et frénétique deviendra un économiste réputé.

Tous trois ont débuté leurs nouvelles et brillantes carrières à la suite de l’échec commercial de l’album intitulé Volume one sorti en 1969 sous le label Decca. L’absence de promotion et le peu de moyen octroyé par le label (une avance de 150 livres par musicien et 12 heures d’enregistrement en studio) n’ont certainement pas contribué à sortir l’album sous les meilleurs auspices.
Pourtant la matière est présente. Court et homogène, Volume one contient des titres qui s’inscrivaient parfaitement dans cette époque où les envolées psychédéliques se taillaient la part belle avec la fureur électrique.
L’interprétation des trois compères n’est pas en reste. Gilles Buchan a un jeu de guitare particulier, notamment dû à des grilles d’accords qu’il a inventées. Lui et Edward Jones ont un chant en apesanteur à la manière de John Wyatt, qui contrebalance avec les assauts hendrixiens des riffs de guitare. La batterie de John Ramsey martèle les temps autant qu’elle ponctue de percussions subtiles les variations harmoniques.

Enfin les ambiances qui se dégagent à l’écoute de cette musique, à la fois puissantes, orientales et psychédéliques, accaparent l’auditeur pour un bon moment. Le trio était parti en van à Londres pour l’enregistrement, la signature du contrat avec Decca avait été obtenue suite aux nombreux concerts effectués et notamment la première partie de Pink Floyd à Edimbourg en février 69. C’est au sein de cette même ville qu’un an auparavant un jeune guitariste féru de rock’n’roll et de la pop des Beatles et des Kinks, accompagné de son bassiste aux goûts plus exotiques, Ravi Shanka, Soft Machine, Bach, Zappa, recrutèrent un jeune batteur de 16 ans pour leur groupe Skin.  Le nom étant déjà pris, le trio se produira désormais sous le nom de The Human Beast !!